guapo1

Guapo

L’année dernière notre jeune Amazone a mis au monde un ânon tellement handicapé que nous n’avons pas pu le sauver. Sa douleur était la nôtre : déchirante.

Nous nous sommes mutuellement consolées à grand renfort de Fleurs de Bach. Et avons décidé de la faire re-saillir aussitôt pour son bien être : une ânesse gestante se sent bien dans sa peau et s’épanouit tout au long de sa grossesse. Comme nous, pardi !

Depuis deux semaines je surveillais avec assiduité et … grande fatigue la proche mise bas d’Amazone qui se montrait assez agitée. Tous les jours nous lui parlions du bel ânon qu’elle portait, nous la rassurions. Tous les jours nous discutions avec le petit en lui disant qu’il prenne son temps, qu’il serait beau, grand et fort… il nous répondait par de vigoureux coups de pieds que nous voyions jaillir du flanc de sa mère.

Réveil toutes les deux heures, engourdie de sommeil trop court, je descendais vérifier la jeune mère : elle grignotait tranquillement son foin.

Ce matin, j’ouvre les volets et jette un coup d’œil vers le paddock  et découvre émerveillée un magnifique GUAPO tout noir, tétant goulument sa mère heureuse et si fière !